BIOGRAPHIE

Ancien Avocat près la Cour d’appel de Caen en Normandie (France), après un stage d’Avoué à Argentan près le Tribunal de Grande Instance de l’Orne, Me YONDO BLACK s’inscrit au barreau du Cameroun en 1971 à Douala, ressort de la Cour d’appel du Littoral. Quelques années plus tard, il devient le Bâtonnier de l’ordre.

A la tête de cet ordre prestigieux, pendant 5 ans, il l’organise et, de l’aveu de ses confrères, son expérience et son savoir-faire lui valent encore aujourd’hui la considération de tous. Le Barreau du Cameroun restera longtemps marqué par ses principes de rigueur, de confraternité et de loyauté.

Homme libre et pleinement attaché à son indépendance, il crée et préside aux destinées du Mouvement Social pour la Nouvelle Démocratie(M.S.N.D). Rien d’étonnant qu’on retrouve cet avocat en perpétuel combat pour la défense des droits et libertés, ainsi qu’à la tête du mouvement qui déclencha le processus de la restauration de la démocratie pluraliste et de l’abrogation sous le ciel juridique Camerounais des ordonnances dites scélérates. D’aucuns le surnomment « le Mandela Camerounais ». Il n’aime pas ce jeu de mots ; Il préfère en effet rester lui-même et garder son identité personnelle.

Il a fait de la prison, tout simplement pour avoir demandé au gouvernement du Cameroun de respecter la constitution, la loi fondamentale du pays ; en réponse, il a été condamné à 3 années d’emprisonnement. Motifs retenus par le tribunal militaire de Yaoundé,  subversion et appel à la révolte, bien-entendu, sous le regard vigilant du président Paul Barthélemy Biya bi Mvondo, celui-là même qui clame haut et fort qu’il souhaite que l’histoire se souvienne de lui comme l’Homme qui aura apporté au Cameroun la démocratie et le développement.  Plus prétentieux que Paul Biya, tu meurs !

Pour Me YONDO, il faut lutter contre toutes formes d’asservissement et lutter contre l’asservissement, c’est avoir le courage de se révolter, de s’opposer loyalement et de résister.

Question à un sou :

De celui qui appelle au respect de la constitution ou celui qui en empêche le respect ! Lequel des deux est subversif ?

Question à un franc :

Au regard de l’histoire, peut-on considérer comme ayant apporté la démocratie à son pays, le Président qui fait priver de liberté son compatriote tout simplement parce que celui-ci a fait campagne pour le respect de la constitution, loi fondamentale du pays en vue du pluralisme politique ? Des questions de ce genre sont nombreuses pour démontrer s’il en était encore besoin que sous Paul Biya le Cameroun est loin d’un  règne démocratique. C’est pourquoi, tout en ayant bien conscience, il souhaite que l’histoire retienne qu’il est l’homme qui a apporté la démocratie au Cameroun, effaçant par le fait même de ses cours d’histoire et de sciences politiques cet enseignement que la démocratie ne se donne pas, elle est le fruit d’une lutte permanente et de tous les instants.

VIE ASSOCIATIVE :

Ancien Président de la section académique de Caen de l’Union Nationale des Etudiant kamerunais (U.N.E.K), syndicat national des étudiant Kamerunais en Europe.

Ancien Trésorier de la section académique de Caen de la fédération des étudiants de l’Afrique noire en France, (F.E.A.N.F) autre syndicat d’étudiants.

Membre-fondateur du Groupe Artistique de l’Opéra Camerounais(GAOCAM), prolongement du TABOU’S  club dont il fut le premier secrétaire général.

Fondateur de NGOKOB’A SAWA-Douala, une Association regroupant des élèves SAWA ayant accédé à l’enseignement secondaire dans les années 1952-1953. Au rang des membres qui ont atteint une notoriété  nationale, voire internationale on peut citer : les Professeurs Ebénézer NJOH MOUELLE,  Albert MPANJO ESSEMBE, Hugues NYAMEY, BEBEY NJOH Etienne, Monsieur Adolphe MOUDIKI, l’ambassadeur Michel EPANGUE, l’Ancien Ministre YONDO marcel, Messieurs Charles ELIMBI, Emmanuel DOO PRISO, Maurice NDONG MISSE, EBOA LENTHE Charles et Mesdames TICKI KOUM, née Madeleine SOPPO, Hélène KWA POKOSSI, épouse BEBE BELL pour ne citer que ceux-là et sans faire des jaloux.

Au lendemain de l’indépendance, Co-fondateur avec son ami SAM BOLLANGA  alias BESAM, du journal Actualités & Cultures

Ancien secrétaire administratif du NGONDO  (Assemblée traditionnelle du peuple  SAWA)

Ancien Président du Lions club international Douala Pirogue

Ancien président de l’Automobile club du littoral

Ancien président du Yachting club de Douala, ancien Parallèle IV pour ceux qui se souviennent

Ancien Président du Club de la pêche sportive du Wouri, sans parler d’associations philosophiques et secrètes auxquelles il a appartenu.